98 visiteurs sur le site actuellement
Forum
Accueil Pratique Sortir Shopping Tourisme Annonces Sports
Tourisme - Histoire
La rue des Merciers
EN FOULANT LE PAVE ROCHELAIS - RUE DES MERCIERS

Pendant l'automne et l'hiver, les Rochelais remplacent dans nos rues les touristes du printemps et de l'été. Ils peuvent ainsi, tout à loisir, revivre avec les Rochelais qui circulaient il y a des siècles dans ces mêmes rues en se garant des carrosses ou des chaises à porteurs, prédécesseurs des autos, bus ou autres vélos municipaux. Mais les touristes reviennent à nouveau pour trouver, à leur tour, dans nos vieilles rues, ces traces du passé dont notre ville est si riche.

Ces rues sont au même endroit où elles ont été tracées, sous réserve de quelques alignements. Nous savons tous que le village de Cougnes fut la souche de La Rochelle, mais cette dernière fut plus précisément enclose dans la muraille qu'éleva, vers l'an 1100, le dus Guillaume X d'Aquitaine et qui suivrait, aujourd'hui, le tracé des rues Rambaud, Minage, des Dames. Le reste de la défense étant la prée-Maubec, le bord de mer et le ruisseau de Lafont.

Cette partie de terrain ainsi enfermée avait un point culminant à 8 mètres au-dessus de l'océan (site de la cathédrale) et les rues qui partaient allaient rejoindre celles parallèles à la muraille : rue des Merciers, du Temple, de Chef de Ville.

Pouvons-nous croire le chroniqueur qui nous raconte qu'en ce haut lieu était une taverne tenue par une femme nommée ELLE et que l'on pouvait ainsi dire : " Nous allons à la roche ELLE ".

Notre rue des Merciers fut d'abord, au XIIIème siècle, tout simplement la Grande rue. Il est probable que sa situation, un peu à l'écart du port fit qu'elle vit s'installer des boutiques des produits manufacturés (draps des Flandres ou d'Angleterre ou du Poitou et d'autres articles s'y rattachant.

Une charte de 1286 nous dit que c'est la rue du marché où l'on vend les draps, les linges, sarets de Fontenai… Elle prit donc le nom de rue des Merciers et au XVIIème siècle celui de rue des Drapiers. Les marchandises disposées dans ses magasins jouissaient du droit de franchise. Puis, elle devint la Grande rue des Merciers, mots qui furent gravés dans la pierre en 1815 et que nous pouvons encore lire.

Les arcades qui subsistent nous donnent une idée de ce qu'était cette rue où se tenait aussi le marché aux comestibles. Il est curieux d'étudier les modifications qu'elle a subies, côté pair où la majorité des arcades a disparu au cours du XVIIIème siècle : maisons à colombage et pignons sur rue, arcades de conception différente, façades reprises avec décoration Renaissance.

Marchands de bleds au cours du XXème siècle, la rue a été amputée de deux maisons. Un côté pair pour l'élargissement des rues de la Ferté et de la Grille. Mentionnons la maison habitée par Jean Guiton (n°3) et celle à personnages (n°5).

Cette dernière est remarquable par la profusion de sa décoration : au claveau de l'arcade, une gerbe de blé, au-dessus, une bande avec quatre personnages où celui de droite tient une faucille avec laquelle il a coupé une poignée d'épis, aux fenêtres du 1er étage, les angles sont illustrés de figurines en méplats, les ouvertures du 2ème étage reposent sur des consoles représentant d'avantageux bustes de femmes que nous retrouvons plus haut sous l'attique.

Tout ceci ne laisse-t-il pas supposer que c'est là l'habitation d'un de ces marchands de bleds nombreux aussi dans la rue Bletterie toute proche ?.

En face (n°8), nous pouvons voir une très belle maison Renaissance aux fines sculptures et aux magnifiques lucarnes, mais que les ans n'ont point épargnées. A cet endroit nous pouvons voir aussi, par l'enchevêtrement des arcades les problèmes qui se sont posés pour la modification de l'alignement de la rue. Plus loin (n°26), une pierre curieuse marque la propriété de l'immeuble par un signe distinctif, cette marque est devenue l'enseigne d'une auberge dont l'entrée était rue de La Rochelle. Elle représente un mouton surmonté de trois besants avec, en exergue : " Dieu exauce les humbles ".

Dans la petite rue, nous pouvons retrouver traces de cette auberge. Toutefois, la raison de la présence de telles pierres sculptées n'a jamais été bien expliquée, sauf pour les auberges ou les métiers.

Les Rochelais peuvent voir encore bien d'autres détails qui les enchantent dans cette rue des Merciers, qui garde encore de nos jours l'histoire de la mercerie d'antan.

Prix FAI : 0 € - 0 F
:

[ Plus de détails ]
Les annonces
Retrouvez toutes nos annonces immobilières
Accueil Vacances La Rochelle Vacances Re Vacances Oleron Acheter Clients 23/07/2019