10 visiteurs sur le site actuellement
Forum
Accueil Pratique Sortir Shopping Tourisme Annonces Sports
Tourisme - Histoire
LE PARTI PROTESTANT
LA ROCHELLE ET LE PARTI PROTESTANT (1567-1573)

En 1567, le maire de La Rochelle était Amator Blandin, le père de la Jeune fille qui avait accueilli dans notre ville Charles IX sous de déguisement de Diane. Royaliste et catholique, il vit d'un mauvais œil le gouverneur Chabot de Jarnac lui donner comme successeur à la mairie un protestant, François Pontard.

Ce dernier, poussé par les pasteurs qui menaient une intense propagande et surtout par son ami M. de Sainte-Hermine, seigneur de la Laigne, voulut faire entrer La Rochelle dans le camp huguenot.

Le prince de Condé et Coligny, menacés d'être arrêtés, soulevèrent de nombreuses cilles de France. Pour éviter que La Rochelle ne suivit cet exemple, le roi Charles IX donna l'ordre à Chabot de Jarnac de l'occuper militairement.

Au début de 1568, il s'apprêtait à exécuter cet ordre et avait concentré des troupes dans ce but à Surgères, quand Pontard et Sainte-Hermine levèrent le masque ; ils firent de La Rochelle une sorte de république indépendante et calviniste. Les églises de Notre-Dame de Cougnes, Saint-Sauveur et Saint-Barthelemy furent démolies pour renforcer les murailles, à l'exception de leurs clochers qui furent transformés en donjon.

Hors de la ville, tout ce qui aurait pu servir de point de départ à une attaque fut démoli et la populace en profita pour piller les églises. Une foule de gentilshommes protestants vint en outre s'installer à La Rochelle. Le capitaine Trousseau, dit La Belle, fut envoyé à Luçon pour chercher du ravitaillement.

en route par une troupe catholique, il se voyait battu et s'apprêtait à rendre son épée, quand les Rochelais vinrent le débloquer. Ils en profitèrent pour prendre Luçon où les catholiques, réfugiés dans les églises, y furent massacrés. Peu après, l'île de Ré se déclara pour La Rochelle. Charles IX confia à Blaise de Montluc le soin de reprendre le grand port de l'Atlantique.

Les catholiques battirent un parti huguenot prés de Mirambeau et occupèrent Saintes. Les protestants des lies de Marennes les attendaient au Pas (c'est à dire au passage dans les marais) de Saint-Sorlin. Les calvinistes, soldats improvisés, eurent la maladresse de sortir de leurs retranchements pour attaquer les troupes catholiques qui les battirent entièrement.

Un des chefs huguenots, Fief-Melin, gravement blessé de plusieurs coups de hallebarde, gisait dans un fossé ; un paysan catholique l'y trouva et lui donna de grands coups de sabots par la tête en disant : " Tu ne mangeras plus mes poules ! " Ce en quoi il se trompait, car Fief-Melin survécut et continua à manger les volailles roturières.

Au cours du combat, les catholiques avaient pris sept drapeaux, dont la bannière blanche du capitaine Goulènes qui y avait été tué. Montluc s'installa à Marennes où il reçut la soumission des huguenots de la région, à qui il imposa une forte amende.

Dans le port de Brouage, Montluc fit embarquer cinq cent arquebusiers d 'élite sous le commandement de son neveu Lebaron pour attaquer l'île de Ré. Les catholiques, une première fois repoussés par le feu de l'ennemi, débarquèrent ensuite à Ars, que les Rochelais avaient négligé de fortifier. Un combat terrible eut lieu.

Les protestants battus se réfugièrent dans l'église de Saint-Martin qui fut prise d'assaut et la garnison massacrée. Maître de la côte, Montluc se rendit alors à Saint-Jean d'Angely où il fit sa jonction avec Chabot de Jarnac et le comte de Lude.

Il s'apprêtait à marcher contre la Rochelle quand fut signée la paix de Longjumeau. La paix fut publiée à La Rochelle le 27 mars et célébrée par une fête militaire ; une sorte de citadelle, appelée la Ville Blanche (du nom que les Anglais donnaient à notre ville) fut attaquée par sept cent arquebusiers et défendue par la milice de La Rochelle. Le peuple goûta fort ce spectacle.

Le gouverneur Chabot de Jarnac, étant rentré dans la ville, en fit bannir Pontard et Sainte-Hermine mais il ne pût empêcher le conseil d'élire un maire protestant que Charles IX, dans un désir de conciliation, accepta malgré ses conseils. Jarnac, furieux, quitta alors La Rochelle.

Inter Iles
Croisières
Croisières Inter iles.
Lignes maritimes saisonnières vers Fort Boyard, île d'Aix, île de Ré, île d'Oléron, promenades, pêches en mer, location pour restauration, soirées dansantes…
Plus d'informations
Accueil Vacances La Rochelle Vacances Re Vacances Oleron Acheter Clients 18/11/2018